Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Ma petite vie de heu.... bin de moi.

La dictation c'est ma passion. (unjourPE, dictateuse du monde)

22 janvier 2015

grippe du cerveau

Cher rare lecteur de mon blog,

J'espère pour toi que tu n'as jamais eu la grippe ou une forte fièvre mais j'en doute. Je vais donc pouvoir illustrer mon propos avec. Comme quoi, des fois, la grippe c'est utile. 

Quand tu as la grippe ou une très forte fièvre, déjà ben t'es pas bien, t'as mal partout et surtout tout contact devient relativement insupportable. Genre la triple couche de T-shirt, Pull, gros gilet, te fait mal à la peau (alors que t'as déjà mal aux articulations et aux muscles ce qui est super désagréable on peut le dire). Si tu as le malheur de bouger un peu, ta manche de T-shirt bouge, ça touche ta peau, c'est douloureux. Plein.

Ben mon cerveau il marche comme ça. Tout ce qui le touche est relativement douloureux. Même un petit truc comme "Hey, unjourPE ?" Ca fait comme un bout de T-shirt pendant une grippe. Si tu dis, : "Alors Mme unjourPE, c'est inadmissible de donner une punition à chérid'amour qui n'a pas fait exprès de faire tomber sa règle métallique sur le sol 20 fois d'affilée, en vous regardant dans les yeux, s'pas d'sa faute.", ça fait comme si tu frottais avec une serviette rêche. Et si tu dis :"Mme unjourPE est nulle, je veux pas que cherid'amour soit dans sa classe parce qu'elle est folle et droguée", ça fait comme si tu frottais avec un gant de crin. Sauf que ça fait dans le cerveau. Avec réaction en chaîne : cerveau, boule gorge, noeuds ventre, sueurs froides puis chaudes puis froides puis chaudes puis......., panique, jambes qui flanchent..... Et tu peux rien y faire.

Et en plus, on t'en veut de pouvoir rien y faire. Parce qu'a priori tu es censée pouvoir y faire quelque chose. C'est sur que c'est chiant pour les autres. Mais encore plus pour toi. Parce que tu cherches pourquoi. Et tu trouves pas. Et tu peux toujours rien y faire. Et on te répète que sisisisi tu peux y faire quelque chose. Avec un peu de volonté. Alors t'essaies de trouver des parades. Qui marchent pas. Qui empirent les choses. Tu passes du gant de crin à la brosse en crin, de la brosse en crin au papier de verre.... Et tu paniques de plus en plus, parce que ça s'arrête jamais. A peine quand tu dors. Du papier de verre  à la ponceuse électrique. De la ponceuse électrique à la meuleuse. Des fois, t'as quelqu'un qui vient te filer un coup de main alors tu repasses un cran ou plusieurs en dessous. Mais ça revient toujours. Et des fois tu passes direct du T-shirt au chalumeau. Mais t'es toujours censée pouvoir y faire quelque chose. C'est parce que t'as pas de volonté et que tu aimes faire chier le monde.

Bref, tout ça pour dire, que comme la grippe, on peut pas y faire grand chose mais on peut au moins diminuer les symptômes. Encore faut-il trouver le bon médoc. Ce qui est chose faite dans mon cas. (Ouais au bout de presque 8 ans de dépression chronique seulement.) Et c'est vachement bien. Pour tout le monde mais surtout pour moi. Du coup je suis vachement contente et je peux même envoyer chier Chéri quand il me gonfle, sans avoir l'impression de me prendre un coup de ponceuse électrique. gniarknginarkgniark.

 

I love Spychiatre.

merveilleusement rédigé par unjourPE à 20:23 - Ma vie palpitante - scribouillages [7] - Permalien [#]

09 janvier 2015

Je ne suis pas Charlie

Cher rare lecteur de mon blog,

Non je ne suis pas Charlie ! Charlie Hebdo, c'est un journal. Cet attentat, c'est un acte politique. Les terroristes visaient certes un symbole mais ce sont des gens qui sont morts, alors  je ne suis pas Charlie, je suis : 

Mustapha Ourrad, correcteur

Michel Renaud,

 Frédéric Boisseau, agent de maintenance

Ahmed Merabet, policier

 Franck Brinsolaro, brigadier

Elsa Cayat, psychanalyste

 Bernard Maris, économiste

Honoré, dessinateur

 Tignous, dessinateur

Charb, dessinateur

 Wolinski, dessinateur

Cabu, dessinateur

Je suis la policière municipale dont personne ne connait le nom (j'ai cherché, j'ai pas trouvé),

Je suis les hommes du GIGN,  du RAID,  les policiers, les otages du super casher et de l'imprimerie,

Je suis les autres personnes blessées dans ces attentats,

Je suis les musulmans insultés dans leur foi par les fanatiques islamistes, bafoués dans leur liberté de religion par les abrutis taggueurs de mosquée

Je suis les gens dont les médias ne parlent jamais et qui souffrent chaque jour de ces mêmes fanatiques partout dans le monde

merveilleusement rédigé par unjourPE à 21:31 - Ma vie palpitante - scribouillages [8] - Permalien [#]

25 octobre 2014

Biscuits secs

Cher rare lecteur de mon blog,

Déjà j'oublie de poster. Bon d'accord, ça va, je m'esssssscuse. Mais c'est pas ma faute, j'a eu une grosse sinusite qui m'a tout niqué les naseaux. Alors bon hein. Tu vois c'est pas ma faute. 

Hum.

Bref.

Je voulais te donner ma recette de biscuits rapides à faire que j'aime et qui a l'avantage d'être déclinable avec d'autres farines. 

Tu vas avoir besoin de : 

- 1 volume (je prends un gros verre personnellement) de farine de blé

- 1/2 volume de farine de maïs (mais tu peux prendre autre chose si tu veux)

- 1/2 volume de farine de châtaigne (mais tu peux prendre autre chose si tu veux aussi. Ceci dit, c'est dommage paske c'est drôlement bon la farine de châtaigne)

- 3/4 de volume de gras (alors moi je mets de la margarine et de la purée de noisette mais tu mets bien ce que tu veux)

- 3/4 de volume de sucre

- 1 sachet de levure (ou alors tu t'amuses avec des correspondances en bicarbonate de soude si tu préfères)

- du lait de noisette, ou de riz, ou de châtaigne ou d'épeautre ou de soja ou d'amande (ou de vache si tu veux. Mais c'est pas gentil pour le veau)

 

Tu commences par mélanger tes farines, ton sucre  et ta levure puis tu ajoutes le gras. Tu malaxes bien (si tu utilises de la purée d'oléagineux fais attention ça se met en paquets, il faut plein plein plein malaxer). Tu dois obtenir un truc genre sable humide : si tu compresses dans la main ça tient mais dès que tu reposes le tout ça s'effrite. Je te conseille de mettre le gras petit à petit comme ça t'es sur de pas trop en mettre.

Une fois que tu as cette consistance, tu rajoutes petit à petit ton lait, pour obtenir une pâte de consistance pâte à sel granuleuse. Tu fais des boulettes de la taille d'une figue que tu écrases un petit peu pour obtenir des petites galettes d'environ 1/2 cm d'épaisseur et tu colles le tout au four 10 à 15 minutes pas trop chaud (je mets à  3 si ça te cause, et tout en haut parce que j'ai un four à gaz et sinon ça crame en dessous).

 

Et c'est bon. 

Tu peux remplacer la farine de châtaigne par de la farine de riz, de pois chiches, d'avoine............. Le plus simple à trouver pour toi, en fait (bon pas dans ton Croisement ou Michel Edwarrrrr habituel, hein. Sinon tu trouveras pas. Enfin y a peu de chances).  La purée de noisette (ou d'amandes, c'est bon aussi avec de la purée d'amande) se trouve en magasin bio et même si tu ne t'en sers pas tous les 4 matins, ça se conserve très bien (ben oui c'est du gras). T'as aucune excuse ! 

Allez zoup ! T'es parti.

 

Ps : tu remarqueras que ma recette est végétalienne. (Je t'invite à faire toi aussi une recette végétalienne sans le dire à tes amis et leur montrer que oui les végétaliens mangent autre chose que de la salade et du tofu.) 

Pss : Oui bon ok, mes indications ne sont pas super précises je te l'accorde. Mais quand je cuisine je fais tout au feeling alors pour les quantités du coup, c'est pas facile à retranscrire hein.

merveilleusement rédigé par unjourPE à 15:09 - aroma, bio, végé et peace and love - scribouillages [3] - Permalien [#]

07 septembre 2014

Oui alors.... bon .... comment te dire ?

Cher rare lecteur de mon blog,

Mon Petit Gluon étant un enfant particulièrement étrange, je suis au regret de t'annoncer qu'il est à la pudeur ce que Chien Con est à la littérature classique. Bref cet enfant, malgré ses 10 ans possède un sens de la pudeur aussi aigu que celui d'un gnome de 3 ans. 

Autant te dire que lorsqu'il m'a dit pas plus tard qu'hier qu'il avait du poil qui poussait (oui il est fort excité par l'idée d'être bientôt ado), j'ai eu très peur d'un déshabillage intégral dans le salon, ce qui, convenons-en, n'est pas très bien vu dans notre société, même si la société présente en l'occurrence se composait de gluonne, l'Ado, Chéri et moi. (et Chien Con). Et bien non. Pas de déshabillage intempestif. Par contre, nous avons eu droit à un cours de gluonne sur comment ça fait mal et c'est pas cool quand les seins, ils commencent à pousser. Ceci valant bien cela en terme de pudeur.

Ce matin, alors que je prenais tranquillement ma douche, j'ai eu l'immense honneur de la présence mon Petit Gluon entrant en trombe dans la salle de bains (avec moi sous la douche donc), sortant ses testicules de son pantalon, les soulevant avec la délicatesse d'un boulanger pétrissant son pain et, avec toute la fierté du bambin qui vient de faire son premier popot dans les pot et court le montrer à sa maman qui se doit de s'extasier sans peine d'excommunication , m'annonça : hein regarde, t'as vu, j'ai des poils sur mes testicules ! 

J'ai hésité entre pleurer et exploser de rire pour tout dire.

 

Faut vraiment qu'on travaille sur la pudeur avec son educ spé............

merveilleusement rédigé par unjourPE à 22:08 - Ma vie palpitante - scribouillages [0] - Permalien [#]

28 juillet 2014

Pourquoi le végéta*ien peut paraître extrêmiste

Cher rare lecteur de mon blog,

Comme tu as pu le constater en lisant des articles de blogs végés (hum), le végéta*ien est un intolérant extrêmiste, voire terroriste tofuphile. Je vais de ce pas t'expliquer pourquoi.

- le végéta*ien sait que la viande c'est le cadavre d'un animal. Alors oui c'est une évidence mais quand t'es omni et qu'on te le dit ça te paraît incongru (moi-même ça me paraissait incongru). Scoop : ça n'a rien d'incongru, c'est un fait. 

Or, si le végéta*ien est végéta*ien c'est parce que mettre du cadavre dans sa bouche, son oesophage, son estomac, son intestin toussa toussa, ça le répugne. Parce que le cadavre c'est quand même assez dégueu il faut dire et puis c'était un animal vivant et intelligent avant.

- Le végéta*ien sait que le morceau de viande vient d'un animal qui avait globalement envie de vivre. Scoop : les animaux veulent vivre, si possible dans de bonnes conditions.

Or, sachant cela, le végéta*ien trouve affreux et horriblement triste de priver  un animal de sa vie. Parce qu'en plus le végéta*ien se dit que bon tant qu'on y est à décider de la mort des autres, pourquoi le cochon et pas le voisin dans l'absolu, hein, paske bon le voisin c'est aussi de la viande. Comme il ne viendrait pas à l'idée du végéta*ien de buter son voisin parce que son voisin il est syma hein, et même si c'était un gros con ça change pas le problème, il a le droit de vivre aussi, bin le végéta*ien trouve ça con de tuer l'animal qu'est pas mieux ni moins bien que le voisin.

- Le végéta*ien sait que l'industrie de la viande est un énorme émetteur de gaz à effet de serre au niveau mondial

Et le gaz à effet de serre, il est vilain il fait du réchauffement climatique. Le réchauffement climatique change le climat. Le changement de climat fout le bordel et tue des gens.

- le végéta*ien sait que l'élevage utilise plus de 70% des surfaces agricoles, même si le végéta*ien sait que sur ces + 70%, tout ne pourrait pas être converti en culture, il sait également que sur ces +70%, des tas de terres sont cultivables. Et que genre ce serait pas mal de s'en servir pour nourrir des humains. Paske que bon du coup, y a des gens qui meurent pour qu'on puisse manger de la viande. même si c'est pas directement de notre faute : on demande de la viande, l'industrie répond à cette demande en faisant son maximum pour que ce soit rentable (sinon ça ne présente aucun intérêt, tu bosses gratos toi ?). Or, ben le moyen c'est produire  plein. Re or, y a pas assez de place pour nourrir toutes ces bêtes donc on pioche un peu partout et notamment sur la forêt. Qui meurt. Les gens qui habitent là, on les fout dehors. Et on tue les ourang-outan accessoirement. C'est un peu concon hein. 

- le végéta*ien sait qu'on nourrit bien plus d'humains avec des végétaux qu'avec de la viande, parce que le végéta*ien sait ce qui est écrit à la page 3 de ce doc . Alors certes, l'humain ne mange pas de foin hein, mais le maïs par exemple, les céréales toussaaaaaaaaaaa.

- le végéta*ien sait qu'une énorme partie des animaux d'élevage vivent dans des camps de concentrations (l'expression est d'un homme juif défenseur des animaux ) élevages industriels et pas dans des zoulies prairies. Nananana. Y en a qui y vivent. Pas la majorité. Et ceux qui vivent dans des zoulies prairies, à la fin de leur vie (vers l'âge de pas vieux pour les animaux à viande, un peu plus tard pour les femelles à lait (mais pas leurs petits. Eux nan, ils vivent pas. Sinon on n'a pas de lait.) ils finissent dans un abattoir. (Tu sais comment on dit abattoir en anglais ? Slaughter house. Soit maison du massacre).

- le végéta*ien sait que la gentille mort à l'abattoir ça n'existe pas. Les animaux sont terrorisés, ils souffrent moralement et physiquement. Non pas parce que toute la viande est hallal comme le pense les adeptes de Marine, mais parce qu'il faut aller vite, alors bon si le cochon là il est pas bien étourdi, pas grave, on n'a pas le temps, il sera saigné en pleine conscience. Et les employés d'abattoir ne sont pas des psychopathes qui adorent tuer des bêtes, ils souffrent également beaucoup, physiquement et psychologiquement.

- le végéta*ien ne pense pas qu'à la bouffe. Nan. La société est juste remplie de pubs partout partout, dans la boite à décérébrer, dans la rue (tu sais les grands panneaux moches partout), dans la boîte aux lettres, dans le internet mondial du monde. Notamment pour la bouffe. Notamment pour la viande. L'autre jour en emmenant Petit Gluon chez  spychologue je suis tombée sur pas moins de 4 panneaux énormes et moches de pub pour de la viande.

- le végéta*ien, il en a aussi un chouia marre qu'on lui dise qu'il veut imposer son mode vie et que chacun est libre et que c'est un choix personnel et que bon l'omnivore il respecte alors le végéta*ien il n'a qu'à respecter aussi hein. Scoop : le végéta*ien ne peut pas manger : à l'hôpital, en prison, en cantine, en maison de retraite en gros tous les endroits où c'est l'état qui s'occupe de te nourrir, voire a uesto parce qu'il n'y a pas d'alternative végéta*ienne. Paske l'état il a dit qu'il fallait des protéines animales à chaque repas. Alors que bon, le végéta*ien, ben il en mange pas des protéines animales. C'est pas le végéta*ien qui impose son mode de vie. C'est la société qui oblige à être omnivore. A grands coups de les produits laitiers nos amis pour la vie et autre veau de la pentecôte.

- le végéta*ien se fade toutes les étiquettes quand il fait ses courses. Parce que dans presque tous les produits transformés (même les plus simples, comme les biscuits) il y a du lait ou des oeufs ou de la gélatine ou les trois. Même dans la margarine il y a du lait.

- le végéta*ien se demande quelle différence l'omnivore peut bien faire entre une vache et un chien, un cochon et un chat, une poule et un humain. Ce sont des animaux, pareils. 

- le végéta*ien ne veut pas une médaille. Paske le végéta*ien il est pas devenu végéta*ien juste comme ça pour se donner un genre que ça fait trop classe de se revendiquer végéta*ien. Il fait ça pour les aniamux ou pour limiter la pollution ou pour essayer de laisser de la bouffe aux autres humains ou tout ça en même temps, voire pour certains pour leur santé. Alors non le végéta*ien ne sent pas meilleur que les autres. Il sait juste que son mode de vie est moins nocif et c'est tout. Quand le végéta*ien émet une critique sur le carnisme, ce n'est pas contre la personne carniste, c'est contre son mode de vie (sauf si le carniste lui sort le cri de la carotte, les canines, l'homme préhistorique, la chaîne alimentaire ou le hummmmmmmmm c'trop bon la côte de boeuf meuuuuuuuh)

Alors le végéta*ien, la plupart du temps il dit trop rien aux omnivores parce qu'il a été omnivore aussi le plus souvent et qu'il sait que la viande c'est bon, mais il sait aussi que c'est polluant, moralement inacceptable pour les animaux, pour les humains qui ne bouffent pas à cause de l'élevage, que ça consomme trop d'eau, et qu'on vit très bien sans viande (donc pourquoi faire un truc polluant, pas éthique, et destructeur pour rien ? franchement c'est pas cool.) Et le végéta*ien, quand il regarde ton morceau de viande qui est certainement très bon, il voit un animal qui voulait vivre et qui a été tué, la pollution, le réchauffement climatique, les gens qui crèvent de faim.... Alors ben des fois, le végéta*ien il pête un câble. Parce qu'il sait tout ça et que l'omnivore ne veut surtout pas le voir, l'entendre, et ça le gonfle, le végéta*ien, ça le rend triste, ça lui bouffe les tripes, ça lui fend le coeur, ça le révolte, ça l'indigne ....

 

Un lien avec des liens pour comprendre.

merveilleusement rédigé par unjourPE à 21:51 - Toi aussi sauve la planète - scribouillages [2] - Permalien [#]


psychologie de comptoir

UP Cher rare lecteur de mon blog,

je suis une gourde, je me déteste, je suis toxique pour les autres et je me demande bien comment mon spychiatre fait pour me dire que non j'ai rien de particulier, paske bon très objectivement c'est quand même pas possible d'être aussi connasse, puérile, méchante, incapable d'assumer quoi que ce soit, de s'en rendre compte et d'être aboslument incapable (mais vraiment hein, c'est pas juste pour dire) d'y faire quelque chose.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oui c'est court, je sais, mais ça résume assez bien la situation. Et encore je suis polie.

 

 

 

 

 

 

Sinon bisous.

 

PS : Je m'excuse bien platement à mon entourage. Je sais que je me suis conduite comme une pétasse de bas étage. Que même des excuses sincères ne pourront changer ce que j'ai pu dire ou faire et je vous demande de bien vouloir essayer de me pardonner.

merveilleusement rédigé par unjourPE à 12:03 - Que faire quand...? - scribouillages [0] - Permalien [#]

23 juillet 2014

Essssssperte

Cher rare lecteur de mon blog, ma boîte de prozac préférée,

pas plus tard que la semaine d'avant la semaine de maintenant j'ai rencontré une esssssssperte en spychiatrie pour savoir si je pouvais éventuellement, si ce ne s'est pas trop vous demander M'sieur le Recteur de la Académie de Chez Moi, reprendre ne serait-ce qu'une petite activité de rien du tout, même dans un placard s'il vous plaîiiiiiiiiiiiit , M'sieur le Recteur.

Bon a priori, la essssssssperte est pas trop contre, donc j'espère et je croise les doigts, les orteils et les oreilles que peut être, potentiellement dans un futur pas trop lointain, je pourrai envisager de me lever le matin en ayant un vague but dans la journée, ce qui serait finalement, vachement pas mal. 

Sur ce, je vais remettre mes lunettes (ouais je m'a acheté des lunettes sans ordonnance juste pour voir de près parce que la vieillerie, ça fait plus bien voir de près) et me relancer dans mon tricotage de châle violet à losange vert pomme. 

merveilleusement rédigé par unjourPE à 18:56 - Ma vie palpitante - scribouillages [0] - Permalien [#]

30 juin 2014

De l'art de ne pas parler à la place de l'autre

Cher rare lecteur de mon blog, dictaté bien aimé,

Pas plus tard que récemment je me plongeai avec délectation dans la lecture de blogs féministes. J'en ai tiré quelques conclusions fort dérangeantes :

1 - Qu'est ce que je pouvais être conne et misogyne quand j'étais plus jeune !

2 - non l'égalité n'est pas acquise, loin de là (bon c'est pas une surprise, c'est juste que je pensais qu'on était allé plus loin que ça quand même)

3 - quand on n'a rien à dire on ferme sa gueule.

4 - quand on a quelque chose à dire mais que c'est pour chouiner de l'oeil que c'est pas vrai c'est qu'on n'a rien à dire. voir 3

5- la vie est une pute faut le savoir quand même.

6. Les gens les plus charmants du monde sont quand même des monstres si t'es pas d'accord avec eux.

7.  t'as des convictions : c'est le mal. Cherche pas c'est toi qu'à tort. 

biz à antirouille, elise titane, papa qu'est mort, Chien Con, Masoeur

merveilleusement rédigé par unjourPE à 11:40 - Ma vie palpitante - scribouillages [4] - Permalien [#]

11 mars 2014

Etude comportementale du Vieux Chien Con

cher rare lecteur de mon blog, c'est avec une émotion toute particulière que je vais te livrer aujourd'hui la primeur d'une étude de la plus haute importance réalisée par moi-même sur mon Chien Con : l'étude comportementale du Vieux Chien Con dans son milieu naturel. Grand moment d'émotion en perspective. Prends avec toi ton drapeau de notre dictocracie et tiens toi bien, c'est du lourd.

 

Le Vieux Chien Con est un animal de type canin plus proche du rantanplan que du loup mais quand même canin, qui ne diffère que très peu du Chien Con entre deux âges, voire du Chien Con jeune (hors chiot). En général, son oeil est plus vitreux que celui de ses congénères plus jeunes, ses pattes moins enclines à se plier à la demande, son odeur rappelle vaguement celle d'une poubelle contenant un rat en décomposition avancée (ou un fennec de chambre d'ado au choix) et son ouïe est quelque peu déficiente, pour ne pas dire complètement BOUCHEEEEEE ce clebs-putain-je-me-suis-encore-pris-les-pieds-dedans-bordel. 

L'acitivité du Vieux Chien Con est particulièrement ritualisée et marquée, outre les besoins naturels tels que pisser et chier juste devant la grille, par des moments forts dans la journée comme par exemple : dormir, réclamer à bouffer, dormir, pèter, réclamer à bouffer, dormir, bouffer, se lècher, se faire gratouiller le ventre, dormir, et réclamer à bouffer.

Le Vieux Chien Con a troqué ses incisives contre des gencives en plutôt bon état, mais a tout de même gardé ses crocs pour pouvoir niaker un gnome le cas échéant. De même, le pelage du Vieux Chien Con a tendance à se faire la malle par endroit, à cause des innombrables moments de réflexion intense que l'animal mène dans la journée (voir : dormir). En outre, et comme déjà mentionné plus haut, le Vieux Chien Con est légèrement dur de la feuille, ce qui est super pratique pour mener des réflexions intenses sans être dérangé mais vaguement embêtant quand il s'agit de descendre très vite du canapé sur lequel on n'a pas le droit de monter.

merveilleusement rédigé par unjourPE à 07:35 - Ma vie palpitante - scribouillages [0] - Permalien [#]

10 mars 2014

Zuteuuuuuuuuuuh !

Cher inconnu qui passe par ici, si tu 

- es contre l'avortement libre parce que non le corps de la femme il lui appartient pas. (De toute façon, c'est qu'une pute.)

- es anti-végétarien parce que manger des animaux c'est naturel, et la chaîne alimentaire, et les canines, et le cri de la carotte et t'as le droit inaliénable de tuer des animaux et de les bouffer (sauf ton chien bien sur, et les chatons, c'est pas pareil)

- es  homophobe parce que c'est pas naturel d'être homosexuel (parce que bien sur, toi tu sais mieux que tout le monde ce qui est naturel, d'ailleurs tu as un diplôme en naturelogie comportementale humaine)

- es dans la protection animale et que tu penses que les Farid de la Morlette et consort, il faut tous les pendre (et il fodrai leur fair la mème chose a ses batares mai moi jadore tro les animaus coment on peu leur fair du mal)

- es un raciste (mais bon t'as un super pote noir ,ou arabe, ou "français" d'ailleurs ( faudra un jour qu'on m'explique pourquoi "français", ça veut dire blanc dans la tête de certains), y en a des bien hein)

- es anti-féministe parce que les bonnes femmes elles font chier (de toute façon, ça fait des siècles qu'elles gouvernent le monde en douce, les salopes au lieu de s'occuper des gosses et de la bouffe, bande de morues.)

- penses que lafâme n'a pas de poils (écoute petit, je suis désolée, le père noêl il existe pas, les licornes non plus et les femmes ont des poils aux jambes, aux aisselles, au pubis, voire ailleurs sisisisi)

- es anti-écologie parce que merde, c'est pas vrai le réchauffement climatique, on va quand même pas croire tous ces cons de hippies bobos (tiens Marcel fais pêter la bibine et le saucisson, y sont dans le coffre accroché au quad)

- es pour la peine de mort parce que bon quand même,  y a pu d'justice, c'est ça la France ! (et même que toi, t'as une idée bien précise de qui doit vivre et qui doit mourir)

- crois en une "théorie du genre" qui nierait les différences biologiques entre hommes et femmes (même que les instits vont apprendre aux enfants à se masturber en classe et faire de nos fils des tapettes filles, bande de fonctionnaires de merde. Alors que tout le monde sait que le courage, la force et le travail c'est couillu et que la tendresse, la douceur et l'amour de son intérieur c'est pour les gonzesses)

............. et bin tu peux aller te pendre. Merci. Bisous. Et ta gueule.

 

 

 

 

 

J'en ai marre mais j'en ai marre rare lecteur de mon blog, tu peux pas savoir comme l'être humain me désespère par moment. Souvent. Presque tout le temps en fait. Faut que j'arrête le internet du monde, là.

merveilleusement rédigé par unjourPE à 15:18 - Ma vie palpitante - scribouillages [5] - Permalien [#]