Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Ma petite vie de heu.... bin de moi.

La dictation c'est ma passion. (unjourPE, dictateuse du monde)

23 janvier 2016

Comment rater un mammouth dans un couloir ?

Cher rare lecteur de mon blog,

Il y a une question que je me pose et du coup je la partage avec toi, surtout si tu votes à droite, tu vas peut être pouvoir m'éclairer de tes lumières (parce que bon, c'est un secret pour personne je crois, je vote à gauche. Ce qui a tendance à légèrement se complexifier ses dernières années étant donné que, bon, la gauche fait plus ou moins des trucs censément de droite, bref c'est pas le sujet).

Comment peut-on vouloir augmenter le temps de travail des salariés sachant qu'il y  15% de chômeurs ? (C'est M'sieur Macron qu'il en a causé dans l'poste, ya pas longtemps)

Je veux dire, comment on peut demander à des gens d'aller travailler plus, d'être taxés plus, d'être plus fatigués, d'avoir moins de temps personnel et souvent des charges supplémentaires (comme faire garder les gluons)  pour payer (mal, très mal ou très très mal suivant les cas. Ou alors, super bien mais ça marche que pour les grands patrons, ça)  des gens qui voudraient bien travailler ? C'est complètement con. (Ceci dit , comment peut-on avoir envie de travailler  ? J'avoue que je comprendrai jamais.)

merveilleusement rédigé par unjourPE à 18:50 - Ma vie palpitante - scribouillages [0] - Permalien [#]

13 janvier 2016

La vie est belle

Surtout quand tu habites un pays du Nord, que tu es un homme blanc, riche et anonyme, en bonne santé, et normotypique.

'tain, j'suis mal, j'habite dans un pays du Nord, ça c'est fait, je suis blanche, ça c'est fait, (aucun mérite hein, je suis née comme ça, d'ailleurs il n'y a aucun mérite à être blanc, noir, basané ou autre couleur pas plus qu'à être un homme, une femme, un.e transsexuelle, un.e pas défini.e.... ) par contre pour le reste......

C'est con, j'étais bien partie pourtant, mais il se trouve que je suis une femme donc, avec l'ambiance masculiniste qui règne en ce moment et les injonctions sociétales, les reculs des droits des femmes et tout le tsointsoin,  j'ai un peu le choix entre "sois belle et tais-toi "(je suis pas belle, c'est pas de bol), "ta gueule, connasse, retourne dans ta cuisine" ou "tu dois aimer les poneys roses et les licornes" et "si en prime tu pouvais baiser ce serait pas mal, mais pas quand tu veux, ni avec qui tu veux, faudrait voir à pas chier dans la colle non plus, d'ailleurs, remonte un peu ce décolleté, ça fait salope" (Moi ? En colère contre les masculinistes ? Mais pas du tout voyons ! Où vas-tu chercher ça rare lecteur de mon blog ?)

J'ai la chance, d'être un animal humain. Nan mais attends, quitte à naître, autant naître humain, t'as plus de chance de survie, et t'as plus de possibilités de pas finir dans l'estomac d'un autre être vivant avant d'atteindre l'âge adulte. Alors certes, tu finiras en engrais à plantes quand même, mais tu passeras pas par la case ferme-usine (oui oui, on sait, les petits agriculteurs locaux respectent et aiment leurs bêtes qu'ils font buter quand même, c'est beau l'amour), transport à moitié écrasé par tes congénères et abattoir. C'est appréciable comme privilège je trouve.

Je suis pas riche. Je suis pas dans la misère, loin de là mais je suis pas riche donc je suis obligée de faire ce truc complètement con, inutile, chronophage et abrutissant, inventé par le capitalisme : bosser pour gagner le droit de vivre.

C'est idiot, étant donné que dans l'absolu, je trouve le communisme vachement mieux comme concept. Bon, tu vas me dire, certes, le communisme n'a jamais fonctionné. A quoi je répondrai que, c'est vrai, mais le capitalisme non plus. (ou alors t'es un homme blanc, riche et anonyume, en bonne santé et normotypique dans un pays du Nord).

Mais sinon, la vie est belle. Surtout quand je dors, en fait.

merveilleusement rédigé par unjourPE à 13:43 - Ma vie palpitante - scribouillages [2] - Permalien [#]

15 novembre 2015

give peace a chance

Cher Dieu,

 

Je me suis souvent demandé si tu existais. A ce jour je n'ai pas de réponse. Je ne peux ni dire que je crois en toi, ni dire que je ne crois pas en toi, j'en sais rien en fait.

Parfois, je me dis que ce serait vachement bien que tu existes. On pourrait se retrouver avec tous nos proches qui sont morts, dans une autre vie, une autre dimension, un autre plan ou je ne sais quoi. Ce serait réconfortant de se dire que tu es là et que tu veilles sur nous, nous tous, les p'ti poussins et les gros connards, les p'tis lézards et les gros fachos, de se dire que t'as tracé un chemin pour nous, pour nous mener quelque part.  Que tu voudrais notre bien. Comme ça la vie aurait un sens, tu vois ?

Là, tu vois, je m'adresse à toi, mais j'ai un énorme doute quand même. Parce que soit t'existes pas et franchement le hasard est quand même hyper balèze pour avoir laissé se créer une créature aussi abjecte que l'être humain, soit t'existes et tu te fous carrément de nos mouilles.

Ou alors t'as mal assemblé les pièces détachées quand t'as monté l'humain en kit, je sais pas trop. T'avais pas la notice pour le cerveau.

Non mais sérieux, t'as vu le bordel qu'il fout l'humain ? T'as vu comme il est con ? T'as vu comme il massacre à tour de bras ses congénères, en ton nom le plus souvent, mais pas toujours. T'as vu comme on est des gros lâches ? T'as vu que "ouinouin c'est triste la guerre, mais bon c'est pas chez nous alors ça va et pi on peut rien y faire " et ah merde dis donc, ça débarque chez nous, putain ça chie dans la colle là ! 

Et tu sais ce qu'il va se passer ? Il y a une bande de gros neuneuhs qui va décréter que les méchants c'est les "eux" et que les gentils c'est les "autres". Qu'il faut donc faire la guerre à "eux", parce que c'est les "eux" qu'ont commencé ! On va se défendre contre les "eux" à coup de bombes dans la tronche. Tant pis si ça touche des "eux" pas vraiment "eux", on appellera ça du dommage collatéral, tant pis si ça énerve encore plus les "eux", z'avaient qu'à pas commencer d'abord ! Et pi on a toujours fait comme ça : les "eux" commencent, les "autres" répondent.... On voit bien que ça fonctionne super bien comme technique. D'ailleurs il n' y avait plus  eu de guerre depuis......... houlaaaaaaaaaaa..... ah bin jamais, en fait. Tellement ça fonctionne bien ce qu'on a toujours fait comme ça.

Allez, qui veut se dévouer pour être les "eux" des "autres" ?  C'est toi qui tires au sort ?

 

L'ennemi est bête : il croit que c'est nous l'ennemi, alors que c'est lui !

  • Manuel de savoir-vivre à l'usage des rustres et des malpolis, Pierre Desproges, éd. Seuil, 1981, chap. Les bonnes manières à la guerre, p. 10

merveilleusement rédigé par unjourPE à 16:26 - Ma vie palpitante - scribouillages [1] - Permalien [#]

03 novembre 2015

dis... ?

Dis, rare lecteur de mon blog,

 

pourquoi la vie c'est de la merde ? Pourquoi les gens ils sont méchants ? Pourquoi ils sont bêtes ? Pourquoi il faut passer sa vie à la perdre ? pourquoi on ne peut pas vivre d'amour et d'eau fraîche ? Pourquoi les gens qu'on aime meurent ? Pourquoi le peu d'amis que j' 'ai habitent à l'autre bout de la France ? Pourquoi le peu d'amis que j'ai  pas loin, je vais pas les voir plus souvent ? Pourquoi le monde est-il si épuisant, horrible, tueur, déstructeur ? Pourquoi je ne peux pas faire des trucs sympas comme bricoler, peindre, dessiner (mal), lire, coudre, ou tout autre truc que j'aime bien faire (t'as remarqué j'ai pas mis : faire du sport.) ?

Pourquoi l'été c'est pas plus long ? Pourquoi on fait des enfants alors qu'après on passe notre temps à nous inquièter pour eux ? Pourquoi je suis tellement fatiguée de la vie depuis des années et que personne ne veut me faire faire d'examens cliniques pour trouver une cause ? Pourquoi j'ai un câblage defectueux au niveau du cerveau ? C'est lequel de câblage qui marche pas ? Pourquoi les autres croient que je le fais exprès ? Pourquoi j'ai envie de m'arracher les cheveux, de me crever les yeux et me déchiqueter le visage à coup d'ongles ?

Pourquoi je peux rien faire pour mes collègues en burn out ?  Pourquoi mon chef est-il un connard ? Pourquoi je peux pas envoyer chier Chéri et enfin aider Masoeur comme je voudrais le faire ? Pourquoi je dis pas à MaSoeur que je l'aime ? Pourquoi on se dit pas je t'aime dans cette famille ? Pourquoi j'aime chéri malgé tout ? Comme fait chéri pour me supporter ? Pourquoi mon activité favorite est -elle de dormir pour ne plus penser ?

Pourquoi j'ai regardé Chien Con dans les yeux pendant que le véto lui faisait son euthanasie ? Pourquoi j'ai retenu sa petite gueule dans mes mains en lui disant je t'aime à ce moment là ? Pourquoi j'ai remis ses pattes correctement après, pour faire semblant qu'elle dormait ? On disait que t'étais pas morte mais que tu faisais dodo, hein, chien Con !

Pourquoi j'ai pas été capable de prendre ma collègue en larmes dans son bureau dans mes bras ? Pourquoi ma collègue qui va bientôt se marier et qui est en plein préparatifs de son mariage en est à pleurer toute seule dans son bureau ?

Pourquoi est ce que je suis inutile ?

merveilleusement rédigé par unjourPE à 14:06 - Ma vie palpitante - scribouillages [3] - Permalien [#]

16 octobre 2015

Mais je te proute très cher !

Cher connard qui passe par là.

- je suis végane. Oui les animaux sont des êtres sensibles qui ressentent des émotions et des besoins. Dingue non ?  Non t'en as pas besoin pour vivre. Non ce n'est pas parce qu'on les élève pour ça que c'est mieux de les buter. Non je ne veux pas t'imposer mon mode de vie, je veux juste t'empêcher de buter des animaux pour rien. La démarche est pas la même. Oui il m'arrive de tuer des insectes, notamment si mon sotck de céréales est attaquée par des mites ou la tête de mes gamins par des poux, légitime défense. Non je ne suis pas parfaite. J'écrase certainement des tas de bêbêtes en marchant, en roulant ou tout autre activité. J'y peux rien.

- je suis féministe Non, je ne suis pas misandre. Non l'égalité on l'a pas encore. Non c'est pas la peine de dire qu'il y a des hommes bien, je le sais, merci et ça te paraît tellement exceptionnel qu'il y ait des hommes bien, toi ? Parce que moi ça me paraît juste normal en fait. Oui je suis une grosse poufiasse pour l'avortement qui est ok pour qu'on élimine des embryons. Désolée, je privilégie la personne déjà présente et en vie plutôt qu'un être non viable. T'es pas content ? T'as le droit. Mais je m'en cogne ! Oui je suis pour qu'une personne puisse se trimballer avec une jupe ras la moule ou une burka si elle le souhaite. Parce que les femmes, ce sont des grandes personnes tu vois, elles peuvent penser aussi ! Incroyable, je sais. Je suis aussi pour que les personne transexuelles soient reconnues dans leur droit à choisir qui ils ou elles veulent être. Je suis pour qu'on élève les garçons en leur disant que c'est pas bien de violer, que non le sexe c'est pas une compétition, que oui, ils ont le droit d'aimer les fleurs, les oiseaux et le rose et même, comble de l'horreur de porter les fringues qu'ils veulent, même une jupe si ça leur fait plaisir.

- je suis décroissante dans l'âme (ouais dans les actes, je suis pas au point). Non un smartphone c'est pas indispensable, sauf si t'as pas d'ordi. Certes c'est pratique mais pas indispensable. Non j'ai pas besoin de la dernière fringue à la mode, ni du PC derrier cri, ni de la super méga trop top télé écran plat coins carrés, ni de la super méga nouvelle voiture bourrée d'électronique pour laquelle il faut être Bac +15 pour faire une vidange, je m'en tape. 

- je suis totalement et irrémédiablement anti-capitaliste. Ca pue du cul le capitalisme.

- je suis contre le travail . Une perte de temps totale et d'une inutilité crasse. Ouiiiiiiiiiii mais faut bien bien bouffer gnagnagna.... Certes. Et pour bouffer j'ai pas besoin d'aller m'enfermer dans un bureau à faire des trucs chiants selon une procédure kafkaienne, qui en plus ne servent strictement à rien. J'ai juste besoin de cultiver des trucs ou d'aider à cultiver des truc. Oui mais les poubelles, faut bien les ramasser, le ménage faut bien le faire, t'es bien contente de faire tes courses. ... Certes aussi. D'ailleurs à part pour certaines professions hyper pointues (genre toubib entre autre), si on pouvait se partager le merdier à faire, ce serait pas plus mal et ça laisserait du temps pour faire des trucs sympas. Genre glander. Ou apprendre. Ou lire. Ou peindre. Ou promener son chien ....

 

Et tu sais quoi ?  J'ai même pas honte......... et je t'emmerde !

 

PS : Chien Con est morte. Je suis colère contre la vie.

merveilleusement rédigé par unjourPE à 14:46 - Ma vie palpitante - scribouillages [4] - Permalien [#]


22 janvier 2015

grippe du cerveau

Cher rare lecteur de mon blog,

J'espère pour toi que tu n'as jamais eu la grippe ou une forte fièvre mais j'en doute. Je vais donc pouvoir illustrer mon propos avec. Comme quoi, des fois, la grippe c'est utile. 

Quand tu as la grippe ou une très forte fièvre, déjà ben t'es pas bien, t'as mal partout et surtout tout contact devient relativement insupportable. Genre la triple couche de T-shirt, Pull, gros gilet, te fait mal à la peau (alors que t'as déjà mal aux articulations et aux muscles ce qui est super désagréable on peut le dire). Si tu as le malheur de bouger un peu, ta manche de T-shirt bouge, ça touche ta peau, c'est douloureux. Plein.

Ben mon cerveau il marche comme ça. Tout ce qui le touche est relativement douloureux. Même un petit truc comme "Hey, unjourPE ?" Ca fait comme un bout de T-shirt pendant une grippe. Si tu dis, : "Alors Mme unjourPE, c'est inadmissible de donner une punition à chérid'amour qui n'a pas fait exprès de faire tomber sa règle métallique sur le sol 20 fois d'affilée, en vous regardant dans les yeux, s'pas d'sa faute.", ça fait comme si tu frottais avec une serviette rêche. Et si tu dis :"Mme unjourPE est nulle, je veux pas que cherid'amour soit dans sa classe parce qu'elle est folle et droguée", ça fait comme si tu frottais avec un gant de crin. Sauf que ça fait dans le cerveau. Avec réaction en chaîne : cerveau, boule gorge, noeuds ventre, sueurs froides puis chaudes puis froides puis chaudes puis......., panique, jambes qui flanchent..... Et tu peux rien y faire.

Et en plus, on t'en veut de pouvoir rien y faire. Parce qu'a priori tu es censée pouvoir y faire quelque chose. C'est sur que c'est chiant pour les autres. Mais encore plus pour toi. Parce que tu cherches pourquoi. Et tu trouves pas. Et tu peux toujours rien y faire. Et on te répète que sisisisi tu peux y faire quelque chose. Avec un peu de volonté. Alors t'essaies de trouver des parades. Qui marchent pas. Qui empirent les choses. Tu passes du gant de crin à la brosse en crin, de la brosse en crin au papier de verre.... Et tu paniques de plus en plus, parce que ça s'arrête jamais. A peine quand tu dors. Du papier de verre  à la ponceuse électrique. De la ponceuse électrique à la meuleuse. Des fois, t'as quelqu'un qui vient te filer un coup de main alors tu repasses un cran ou plusieurs en dessous. Mais ça revient toujours. Et des fois tu passes direct du T-shirt au chalumeau. Mais t'es toujours censée pouvoir y faire quelque chose. C'est parce que t'as pas de volonté et que tu aimes faire chier le monde.

Bref, tout ça pour dire, que comme la grippe, on peut pas y faire grand chose mais on peut au moins diminuer les symptômes. Encore faut-il trouver le bon médoc. Ce qui est chose faite dans mon cas. (Ouais au bout de presque 8 ans de dépression chronique seulement.) Et c'est vachement bien. Pour tout le monde mais surtout pour moi. Du coup je suis vachement contente et je peux même envoyer chier Chéri quand il me gonfle, sans avoir l'impression de me prendre un coup de ponceuse électrique. gniarknginarkgniark.

 

I love Spychiatre.

merveilleusement rédigé par unjourPE à 20:23 - Ma vie palpitante - scribouillages [7] - Permalien [#]

09 janvier 2015

Je ne suis pas Charlie

Cher rare lecteur de mon blog,

Non je ne suis pas Charlie ! Charlie Hebdo, c'est un journal. Cet attentat, c'est un acte politique. Les terroristes visaient certes un symbole mais ce sont des gens qui sont morts, alors  je ne suis pas Charlie, je suis : 

Mustapha Ourrad, correcteur

Michel Renaud,

 Frédéric Boisseau, agent de maintenance

Ahmed Merabet, policier

 Franck Brinsolaro, brigadier

Elsa Cayat, psychanalyste

 Bernard Maris, économiste

Honoré, dessinateur

 Tignous, dessinateur

Charb, dessinateur

 Wolinski, dessinateur

Cabu, dessinateur

Je suis la policière municipale dont personne ne connait le nom (j'ai cherché, j'ai pas trouvé),

Je suis les hommes du GIGN,  du RAID,  les policiers, les otages du super casher et de l'imprimerie,

Je suis les autres personnes blessées dans ces attentats,

Je suis les musulmans insultés dans leur foi par les fanatiques islamistes, bafoués dans leur liberté de religion par les abrutis taggueurs de mosquée

Je suis les gens dont les médias ne parlent jamais et qui souffrent chaque jour de ces mêmes fanatiques partout dans le monde

merveilleusement rédigé par unjourPE à 21:31 - Ma vie palpitante - scribouillages [8] - Permalien [#]

25 octobre 2014

Biscuits secs

Cher rare lecteur de mon blog,

Déjà j'oublie de poster. Bon d'accord, ça va, je m'esssssscuse. Mais c'est pas ma faute, j'a eu une grosse sinusite qui m'a tout niqué les naseaux. Alors bon hein. Tu vois c'est pas ma faute. 

Hum.

Bref.

Je voulais te donner ma recette de biscuits rapides à faire que j'aime et qui a l'avantage d'être déclinable avec d'autres farines. 

Tu vas avoir besoin de : 

- 1 volume (je prends un gros verre personnellement) de farine de blé

- 1/2 volume de farine de maïs (mais tu peux prendre autre chose si tu veux)

- 1/2 volume de farine de châtaigne (mais tu peux prendre autre chose si tu veux aussi. Ceci dit, c'est dommage paske c'est drôlement bon la farine de châtaigne)

- 3/4 de volume de gras (alors moi je mets de la margarine et de la purée de noisette mais tu mets bien ce que tu veux)

- 3/4 de volume de sucre

- 1 sachet de levure (ou alors tu t'amuses avec des correspondances en bicarbonate de soude si tu préfères)

- du lait de noisette, ou de riz, ou de châtaigne ou d'épeautre ou de soja ou d'amande (ou de vache si tu veux. Mais c'est pas gentil pour le veau)

 

Tu commences par mélanger tes farines, ton sucre  et ta levure puis tu ajoutes le gras. Tu malaxes bien (si tu utilises de la purée d'oléagineux fais attention ça se met en paquets, il faut plein plein plein malaxer). Tu dois obtenir un truc genre sable humide : si tu compresses dans la main ça tient mais dès que tu reposes le tout ça s'effrite. Je te conseille de mettre le gras petit à petit comme ça t'es sur de pas trop en mettre.

Une fois que tu as cette consistance, tu rajoutes petit à petit ton lait, pour obtenir une pâte de consistance pâte à sel granuleuse. Tu fais des boulettes de la taille d'une figue que tu écrases un petit peu pour obtenir des petites galettes d'environ 1/2 cm d'épaisseur et tu colles le tout au four 10 à 15 minutes pas trop chaud (je mets à  3 si ça te cause, et tout en haut parce que j'ai un four à gaz et sinon ça crame en dessous).

 

Et c'est bon. 

Tu peux remplacer la farine de châtaigne par de la farine de riz, de pois chiches, d'avoine............. Le plus simple à trouver pour toi, en fait (bon pas dans ton Croisement ou Michel Edwarrrrr habituel, hein. Sinon tu trouveras pas. Enfin y a peu de chances).  La purée de noisette (ou d'amandes, c'est bon aussi avec de la purée d'amande) se trouve en magasin bio et même si tu ne t'en sers pas tous les 4 matins, ça se conserve très bien (ben oui c'est du gras). T'as aucune excuse ! 

Allez zoup ! T'es parti.

 

Ps : tu remarqueras que ma recette est végétalienne. (Je t'invite à faire toi aussi une recette végétalienne sans le dire à tes amis et leur montrer que oui les végétaliens mangent autre chose que de la salade et du tofu.) 

Pss : Oui bon ok, mes indications ne sont pas super précises je te l'accorde. Mais quand je cuisine je fais tout au feeling alors pour les quantités du coup, c'est pas facile à retranscrire hein.

merveilleusement rédigé par unjourPE à 15:09 - aroma, bio, végé et peace and love - scribouillages [3] - Permalien [#]

07 septembre 2014

Oui alors.... bon .... comment te dire ?

Cher rare lecteur de mon blog,

Mon Petit Gluon étant un enfant particulièrement étrange, je suis au regret de t'annoncer qu'il est à la pudeur ce que Chien Con est à la littérature classique. Bref cet enfant, malgré ses 10 ans possède un sens de la pudeur aussi aigu que celui d'un gnome de 3 ans. 

Autant te dire que lorsqu'il m'a dit pas plus tard qu'hier qu'il avait du poil qui poussait (oui il est fort excité par l'idée d'être bientôt ado), j'ai eu très peur d'un déshabillage intégral dans le salon, ce qui, convenons-en, n'est pas très bien vu dans notre société, même si la société présente en l'occurrence se composait de gluonne, l'Ado, Chéri et moi. (et Chien Con). Et bien non. Pas de déshabillage intempestif. Par contre, nous avons eu droit à un cours de gluonne sur comment ça fait mal et c'est pas cool quand les seins, ils commencent à pousser. Ceci valant bien cela en terme de pudeur.

Ce matin, alors que je prenais tranquillement ma douche, j'ai eu l'immense honneur de la présence mon Petit Gluon entrant en trombe dans la salle de bains (avec moi sous la douche donc), sortant ses testicules de son pantalon, les soulevant avec la délicatesse d'un boulanger pétrissant son pain et, avec toute la fierté du bambin qui vient de faire son premier popot dans les pot et court le montrer à sa maman qui se doit de s'extasier sans peine d'excommunication , m'annonça : hein regarde, t'as vu, j'ai des poils sur mes testicules ! 

J'ai hésité entre pleurer et exploser de rire pour tout dire.

 

Faut vraiment qu'on travaille sur la pudeur avec son educ spé............

merveilleusement rédigé par unjourPE à 22:08 - Ma vie palpitante - scribouillages [0] - Permalien [#]

28 juillet 2014

Pourquoi le végéta*ien peut paraître extrêmiste

Cher rare lecteur de mon blog,

Comme tu as pu le constater en lisant des articles de blogs végés (hum), le végéta*ien est un intolérant extrêmiste, voire terroriste tofuphile. Je vais de ce pas t'expliquer pourquoi.

- le végéta*ien sait que la viande c'est le cadavre d'un animal. Alors oui c'est une évidence mais quand t'es omni et qu'on te le dit ça te paraît incongru (moi-même ça me paraissait incongru). Scoop : ça n'a rien d'incongru, c'est un fait. 

Or, si le végéta*ien est végéta*ien c'est parce que mettre du cadavre dans sa bouche, son oesophage, son estomac, son intestin toussa toussa, ça le répugne. Parce que le cadavre c'est quand même assez dégueu il faut dire et puis c'était un animal vivant et intelligent avant.

- Le végéta*ien sait que le morceau de viande vient d'un animal qui avait globalement envie de vivre. Scoop : les animaux veulent vivre, si possible dans de bonnes conditions.

Or, sachant cela, le végéta*ien trouve affreux et horriblement triste de priver  un animal de sa vie. Parce qu'en plus le végéta*ien se dit que bon tant qu'on y est à décider de la mort des autres, pourquoi le cochon et pas le voisin dans l'absolu, hein, paske bon le voisin c'est aussi de la viande. Comme il ne viendrait pas à l'idée du végéta*ien de buter son voisin parce que son voisin il est syma hein, et même si c'était un gros con ça change pas le problème, il a le droit de vivre aussi, bin le végéta*ien trouve ça con de tuer l'animal qu'est pas mieux ni moins bien que le voisin.

- Le végéta*ien sait que l'industrie de la viande est un énorme émetteur de gaz à effet de serre au niveau mondial

Et le gaz à effet de serre, il est vilain il fait du réchauffement climatique. Le réchauffement climatique change le climat. Le changement de climat fout le bordel et tue des gens.

- le végéta*ien sait que l'élevage utilise plus de 70% des surfaces agricoles, même si le végéta*ien sait que sur ces + 70%, tout ne pourrait pas être converti en culture, il sait également que sur ces +70%, des tas de terres sont cultivables. Et que genre ce serait pas mal de s'en servir pour nourrir des humains. Paske que bon du coup, y a des gens qui meurent pour qu'on puisse manger de la viande. même si c'est pas directement de notre faute : on demande de la viande, l'industrie répond à cette demande en faisant son maximum pour que ce soit rentable (sinon ça ne présente aucun intérêt, tu bosses gratos toi ?). Or, ben le moyen c'est produire  plein. Re or, y a pas assez de place pour nourrir toutes ces bêtes donc on pioche un peu partout et notamment sur la forêt. Qui meurt. Les gens qui habitent là, on les fout dehors. Et on tue les ourang-outan accessoirement. C'est un peu concon hein. 

- le végéta*ien sait qu'on nourrit bien plus d'humains avec des végétaux qu'avec de la viande, parce que le végéta*ien sait ce qui est écrit à la page 3 de ce doc . Alors certes, l'humain ne mange pas de foin hein, mais le maïs par exemple, les céréales toussaaaaaaaaaaa.

- le végéta*ien sait qu'une énorme partie des animaux d'élevage vivent dans des camps de concentrations (l'expression est d'un homme juif défenseur des animaux ) élevages industriels et pas dans des zoulies prairies. Nananana. Y en a qui y vivent. Pas la majorité. Et ceux qui vivent dans des zoulies prairies, à la fin de leur vie (vers l'âge de pas vieux pour les animaux à viande, un peu plus tard pour les femelles à lait (mais pas leurs petits. Eux nan, ils vivent pas. Sinon on n'a pas de lait.) ils finissent dans un abattoir. (Tu sais comment on dit abattoir en anglais ? Slaughter house. Soit maison du massacre).

- le végéta*ien sait que la gentille mort à l'abattoir ça n'existe pas. Les animaux sont terrorisés, ils souffrent moralement et physiquement. Non pas parce que toute la viande est hallal comme le pense les adeptes de Marine, mais parce qu'il faut aller vite, alors bon si le cochon là il est pas bien étourdi, pas grave, on n'a pas le temps, il sera saigné en pleine conscience. Et les employés d'abattoir ne sont pas des psychopathes qui adorent tuer des bêtes, ils souffrent également beaucoup, physiquement et psychologiquement.

- le végéta*ien ne pense pas qu'à la bouffe. Nan. La société est juste remplie de pubs partout partout, dans la boite à décérébrer, dans la rue (tu sais les grands panneaux moches partout), dans la boîte aux lettres, dans le internet mondial du monde. Notamment pour la bouffe. Notamment pour la viande. L'autre jour en emmenant Petit Gluon chez  spychologue je suis tombée sur pas moins de 4 panneaux énormes et moches de pub pour de la viande.

- le végéta*ien, il en a aussi un chouia marre qu'on lui dise qu'il veut imposer son mode vie et que chacun est libre et que c'est un choix personnel et que bon l'omnivore il respecte alors le végéta*ien il n'a qu'à respecter aussi hein. Scoop : le végéta*ien ne peut pas manger : à l'hôpital, en prison, en cantine, en maison de retraite en gros tous les endroits où c'est l'état qui s'occupe de te nourrir, voire a uesto parce qu'il n'y a pas d'alternative végéta*ienne. Paske l'état il a dit qu'il fallait des protéines animales à chaque repas. Alors que bon, le végéta*ien, ben il en mange pas des protéines animales. C'est pas le végéta*ien qui impose son mode de vie. C'est la société qui oblige à être omnivore. A grands coups de les produits laitiers nos amis pour la vie et autre veau de la pentecôte.

- le végéta*ien se fade toutes les étiquettes quand il fait ses courses. Parce que dans presque tous les produits transformés (même les plus simples, comme les biscuits) il y a du lait ou des oeufs ou de la gélatine ou les trois. Même dans la margarine il y a du lait.

- le végéta*ien se demande quelle différence l'omnivore peut bien faire entre une vache et un chien, un cochon et un chat, une poule et un humain. Ce sont des animaux, pareils. 

- le végéta*ien ne veut pas une médaille. Paske le végéta*ien il est pas devenu végéta*ien juste comme ça pour se donner un genre que ça fait trop classe de se revendiquer végéta*ien. Il fait ça pour les aniamux ou pour limiter la pollution ou pour essayer de laisser de la bouffe aux autres humains ou tout ça en même temps, voire pour certains pour leur santé. Alors non le végéta*ien ne sent pas meilleur que les autres. Il sait juste que son mode de vie est moins nocif et c'est tout. Quand le végéta*ien émet une critique sur le carnisme, ce n'est pas contre la personne carniste, c'est contre son mode de vie (sauf si le carniste lui sort le cri de la carotte, les canines, l'homme préhistorique, la chaîne alimentaire ou le hummmmmmmmm c'trop bon la côte de boeuf meuuuuuuuh)

Alors le végéta*ien, la plupart du temps il dit trop rien aux omnivores parce qu'il a été omnivore aussi le plus souvent et qu'il sait que la viande c'est bon, mais il sait aussi que c'est polluant, moralement inacceptable pour les animaux, pour les humains qui ne bouffent pas à cause de l'élevage, que ça consomme trop d'eau, et qu'on vit très bien sans viande (donc pourquoi faire un truc polluant, pas éthique, et destructeur pour rien ? franchement c'est pas cool.) Et le végéta*ien, quand il regarde ton morceau de viande qui est certainement très bon, il voit un animal qui voulait vivre et qui a été tué, la pollution, le réchauffement climatique, les gens qui crèvent de faim.... Alors ben des fois, le végéta*ien il pête un câble. Parce qu'il sait tout ça et que l'omnivore ne veut surtout pas le voir, l'entendre, et ça le gonfle, le végéta*ien, ça le rend triste, ça lui bouffe les tripes, ça lui fend le coeur, ça le révolte, ça l'indigne ....

 

Un lien avec des liens pour comprendre.

merveilleusement rédigé par unjourPE à 21:51 - Toi aussi sauve la planète - scribouillages [2] - Permalien [#]